lundi 10 décembre 2018
 
www.cyberspacesolutionsinc.com
 

Atelier lyrique de Chambly

Christiane Fournier
Directrice artistique
Atelier lyrique de Chambly
450 572-0793

atelierlyriquedechambly@videotron.ca 

 
 
www.cyberspacesolutionsinc.com
Chercher
 
0 People Like This Article
0 People Do Not Like This Article
(0 Votes)
mercredi 12 juin 2013 19:01:48
Opéra La chauve-souris: découvrez l'intrigue

La Chauve-souris, J. Strauss fils

Argument

Revenant au petit matin d’un bal masqué, le notaire Duparquet, victime d’une farce de son ami Gaillardin qui lui a caché ses vêtements, a été obligé de traverser la ville de Paris, encore revêtu de son déguisement de chauve-souris.  Profondément humilié, il a juré de se venger…

Paris, dans les années 1900

Acte 1 : chez Gaillardin et Caroline

De l’extérieur, on entend Alfred chanter une sérénade à la femme de Gaillardin dont il est épris.  Survient Arlette, la bonne du couple, une lettre à la main; elle est surexcitée.  Sa cousine Flora l’invite à la rejoindre à un bal masqué que donne le Prince russe Orlofsky.  Comme il faut être élégante, Flora lui suggère d’emprunter une toilette à sa patronne !  Sous prétexte que sa tante est mourante, Arlette tente d’obtenir sa soirée mais Caroline refuse.  Gaillardin revient du tribunal, furieux d’avoir perdu son procès ; condamné pour avoir insulté un policier, il a écopé d’une peine de prison de huit jours.  Survient alors Duparquet, qui vient inviter en secret Gaillardin, puis Caroline, au bal du Prince Orlofsky.  Tenté, Gaillardin fait croire à sa femme qu’il part plus tôt pour la prison et s’éclipse.  Prise de remords, Caroline accorde son congé à sa bonne.  Une fois seule, elle laisse entrer Alfred, son amant et ancien professeur de musique.  Ils sont surpris par Tourillon, le directeur de la prison, venu chercher Gaillardin.  Pour sauver l’honneur de Caroline, Alfred prétend être son mari.  Il doit suivre Tourillon jusqu’en prison...

Entracte

Acte 2 : chez le Prince Orlofsky.

Le bal est un succès et tout le monde s’amuse.  Le Prince chante que chez lui, la coutume c’est « Chacun à son goût » !  On apprend que c’est Duparquet qui, pour accomplir sa vengeance, a invité Arlette et Tourillon.  Gaillardin, qui se fait passer pour le marquis de Valengoujar, tombe nez à nez avec Tourillon qui prétend être le Chevalier Chagrin.  Ils se lient d’amitié.  Gaillardin croit reconnaître Arlette, mais celle-ci affirme être une actrice du nom de Marlène; ayant reconnu son patron, elle se moque publiquement de lui.  Caroline apparaît, déguisée en comtesse hongroise.  Impressionné par la belle inconnue, Gaillardin tente de la séduire sans réaliser qu’il s’agit de sa propre femme.  Au cours de leur tête-à-tête, elle parvient à lui dérober sa superbe montre, en gage d’amour…  La brillante soirée continue de battre son plein mais bientôt, six heures du matin sonne à la pendule; Gaillardin et Tourillon prennent rapidement le chemin de la prison.

Entracte

Acte 3 : le bureau du directeur de la prison.

Tourillon, le directeur de la prison, arrive, encore enivré de la fête à laquelle il a participé.  On entend Alfred chanter au fond de sa cellule.  Pas encore dégrisé, Tourillon lui somme de se taire, sans grand succès, d’ailleurs. 

Arrive le Prince, en compagnie d’Arlette et de Flora; on les a appréhendés sous motif de fausse représentation.  Duparquet les accompagne, riant sous cape.  Arlette reconnaît le Chevalier Chagrin en la personne du directeur de la prison et lui avoue ne pas être une actrice; elle lui demande son aide en tentant de lui démontrer qu’elle a un véritable talent de comédienne.

Gaillardin arrive pour purger sa peine; en l’apercevant, Tourillon est ahuri car il croit avoir coffré Gaillardin la veille !  Soudainement dégrisé,  Gaillardin réalise alors que sa femme a un amant.  Arrive Maître Blind, répondant à l’appel d’Alfred, qui commence à trouver que la plaisanterie a assez duré.  Gaillardin lui dérobe sa toge et sa perruque afin de se déguiser en avocat, car il veut tout savoir de la relation qui unit sa femme à Alfred.  Furieux par ce qu’il entend, Gaillardin se démasque, mais Caroline a tôt fait de le désarmer en sortant la montre qu’elle lui a dérobé…  Ils sont bientôt interrompus par l’arrivée de tous les fêtards du Prince Orlofsky.  Duparquet déclare que la vengeance de la chauve-souris s’est accomplie.  On accuse le champagne d’avoir été la cause de cette aventure mais tous finissent par en chanter les louanges!

Comments
** No Comments Exist Yet **
Go Back  
 
 
 

Suivez-nous sur facebook

 
 
www.cyberspacesolutionsinc.com
 
 
www.cyberspacesolutionsinc.com www.cyberspacesolutionsinc.com www.cyberspacesolutionsinc.com